Galapagos – Partie 1 : Santa Cruz

Du 31/01/18 au 03/02/18

 

Depuis Guayaquil en Équateur, nous nous envolons pour presque 10 jours aux îles Galapagos. Cette étape ayant été un peu prévue au dernier moment, nous ne réalisions pas trop que nous allions enfin découvrir cette destination mythique ! Les Galapagos sont composés de 41 îles, dont trois sont facilement visitables en passant par ses propres moyens : Santa Cruz, Isabela et San Cristobal. Seulement la 1ère et la 3ème ont des aéroports qui les relient au continent. Le reste des liaisons devant se faire par bateau (l’avion inter-îles est possible mais assez cher…). Nous avons donc choisi de visiter ces trois îles, n’ayant pas les moyens de nous offrir une croisière dans l’archipel. Ceci dit, si vous avez un peu de budget, il parait que cela vaut totalement le coup !

Pour des raisons pratiques, nous avons choisi d’arriver à Santa Cruz et de repartir de San Cristobal, histoire d’éviter de faire des trajets de bateaux pour rien.

 

Partie 1 : Santa Cruz (3 jours)

A notre arrivée à l’aéroport de Santa Cruz, un grand soleil et des températures avoisinant les 30 degrés nous attendent. Nous qui avions un peu peur d’être dans la mauvaise saison au vue des prévisions météorologiques, nous voici rassurés ! Ceci dit n’oublions pas que nous sommes sur une île et que le temps peut très rapidement changer…

Nous nous acquittons des 100$ par personne de taxe d’entrée sur l’île (sachant que nous avions déjà du payé 20$ à Guayaquil), en échange d’un beau tampon sur notre passeport ! Ça fait mal, mais c’est le prix à payer pour arriver sur ce lieu si fragile et si protégé.

Pour rejoindre la ville principale de l’île, Puerto Ayora, le trajet est un peu long : nous devons prendre un bus de l’aéroport (20min, gratuit), puis un bateau (5min, 1$), puis à nouveau un bus (40min, 2$). Nous arrivons donc en début d’après-midi en ville où nous nous dépêchons d’aller déposer nos affaires à l’hôtel « Carlitza Backpacker 2 » histoire de ne pas perdre de temps et de partir directement nous balader.

Pour les logements, nous avions entendu un peu de tout sur les Galapagos : certains avis nous disaient de ne rien réserver et de négocier sur place, et d’autres de réserver à l’avance pour avoir des places. Au final, nous avions choisi de tout réserver, essentiellement pour ne pas perdre de temps à chercher un logement. Ceci dit, nous avons rencontré certains voyageurs qui avaient tout trouvé sur place, donc les 2 options sont tout à fait possibles.

 

Le centre Charles-Darwin

Les clés récupérées et les sacs posés, nous nous dirigeons directement vers le centre de recherche Charles-Darwin, facilement accessible à pied depuis la ville. Créé dans les années 1960, le centre a pour vocation d’étudier et de protéger la flore et la faune de l’archipel, et notamment d’aider à la conservation des tortues géantes terrestres. On peut y observer différentes espèces de tortues à des âges différents. On y trouve aussi la dépouille de « Lonesome Georges » empaillée, un des individus les plus connus de son espèce, mort à plus de 100 ans. Sa taxidermie aura pris plus de 4 ans au musée d’histoire naturel de New-York, avant que celui-ci soit ramené sur son île natale l’an dernier. Avec l’archipel des Seychelles, l’archipel des Galapagos est le seul endroit au monde où on trouve encore des tortues géantes en liberté.

Sur le chemin vers le centre nous rencontrons également nos premiers iguanes marins ! Au début, nous prenions en photo chaque iguane qui croisait notre chemin, avant de nous rendre compte que si nous continuions comme ça, notre carte mémoire serait rapidement pleine… En fait, on en voit partout et tout le temps ! Il y a même des panneaux en ville signalant aux conducteurs d’y faire attention sur la route. Comme pour tous les autres animaux des Galapagos, il est interdit de s’en approcher à moins de 2m afin de ne pas les déranger ou de ne pas les faire fuir. Mais bon de toute façon, ce ne sont pas des animaux qui donnent trop envie d’être caressés…

En dépit d’un gros soleil toute l’après-midi, nous nous prenons une grosse averse en début de soirée. Tant que ça n’arrive que le soir ça va, et puis au moins nous avons une bonne excuse pour nous réfugier au restaurant le plus proche et manger une pizza.

 

Tortuga Bay et las Grietas

Deuxième jour sur Santa Cruz, nous décidons de continuer à faire les visites par nous même. Nous partons le matin en direction de la Tortuga Bay, une immense plage de sable blanc à environ 1h à pied de la ville. Même de bon matin, le soleil tape fort et on a beau se tartiner de crème, cette demi-journée nous aura laissé de beaux coups de soleil pour le reste du séjour… Une fois arrivés sur la plage, nous sommes quasiment tout seuls à part… des dizaines de pélicans et d’iguanes qui se dorent la pilule au soleil ! Leur métabolisme exige une température corporelle assez élevée, d’où le fait qu’ils passent une bonne partie de leurs journées au soleil. C’est assez marrant de les voir entrer et sortir de l’eau. Ils nagent assez habilement à l’aide de leur queue, ce qui leur donne un peu une allure de serpent sous l’eau…

Nous continuons un peu plus loin pour arriver dans une petite crique où les vagues sont moins fortes, ce qui permet de faire du snorkelling en toute tranquillité. Les iguanes bronzent toujours à notre côté, et semblent complétement indifférents à notre présence. Florian apercevra sous l’eau une raie aigle, quant à moi une rencontre avec ce qui m’a semblé être un serpent m’a complétement découragée de continuer plus loin. Il faut dire que la visibilité n’est pas extra et qu’on ne voit pas très loin sous l’eau.

Après un retour en ville pour faire une pause déjeuner, nous prenons un bateau-taxi au port (où nous croisons nos premiers lions de mer négligemment allongés sur les bancs) pour aller voir « Las Grietas ». Cette faille créée par les éruptions volcaniques passées est remplie d’un mélange d’eau de source venant des montagnes, et d’eau de la mer. Le snorkelling y est possible car l’eau est très claire (quoiqu’un peu froide), et nous observons plusieurs gros poissons et quelques murènes.

Le soir, nous nous contentons de quelques empanadas au marché en face de notre hôtel. Il faut dire que les repas sont un sacré budget aux Galapagos (les prix sont semblables à ceux de chez nous), et que nous préférons réduire les frais sur cette partie pour profiter à fond des activités.

 

La plongée aux Galapagos : tentative numéro 1

Plusieurs spots de plongée existent autour de l’île, et après notre super expérience en Polynésie, on avait plus que hâte de renfiler les combinaisons et les masques ! Un des sites les plus connus de l’île est « Gordon Rocks », où il est très fortement probable de croiser des dizaines de requins marteaux… Il n’en fallait pas plus pour nous motiver ! A notre arrivée à Puerto Ayora nous avions trouvé un club de plongée, « Nauti Diving » qui proposait la sortie pile dans nos dates. Ni une ni deux nous nous sommes donc inscrits pour notre dernier jour à Santa Cruz. Nous arrivons sur le spot après 1h de voiture et 1h de bateau, et commençons notre première plongée. La visibilité n’étant pas tip-top, nous ne voyons pas très loin autour de nous… Nous apercevons tout de même plusieurs tortues, et ce qui semblait être une raie manta au loin, mais pas de requins marteaux. Qu’à cela ne tienne, il reste encore 1 plongée à faire !

Malheureusement, la 2ème ne sera pas mieux… Je plonge sans la compagnie de Florian (une douleur à l’oreille pendant la 1ère plongée suite à une décompression l’a dissuadé de prendre trop de risques) et nous ne voyons quasiment rien. Nous passons les 50min sous l’eau à nager à contre courant et à tourner un peu en rond. Sur le coup, nous sommes tous assez déçus : c’était vraiment LE spot à requin marteaux des Galapagos, et le moniteur de plongée nous a fait plonger deux fois au même endroit au lieu de varier et de multiplier les chances de voir quelque chose.

En y réfléchissant, il est vrai que le club manquait un peu de professionnalisme et nous aurions mieux fait de nous renseigner dessus avant de réserver avec eux. Ceci dit nous ne pouvons pas leur jeter totalement la faute : les requins sont des animaux sauvages qui font ce qui leur plaisent sous l’eau. S’ils n’avaient pas envie de venir nous faire un coucou ce jour-là, c’est leur choix !

Lot de consolation : nous avons tout de même la chance d’apercevoir un requin marteau à la surface depuis le bateau ! On ne vous cache pas qu’on était quand même un peu déçus, surtout quand on voit le prix des plongées aux Galapagos… Cela dit ne baissons pas les bras : 1 semaine plus tard la chance nous sourira à San Cristobal (mais ça c’est pour les prochains articles !).

 

Le lendemain matin, nous prenons le ferry de 07h pour l’île Isabela. Le trajet dure deux heures et est assez mouvementé… Mieux vaut ne pas avoir le mal de mer ! Nous arrivons en début de matinée sur notre 2ème île des Galapagos, la plus grande mais aussi une des plus sauvages. En trois jours, nous avons déjà eu un aperçu de la diversité et de la densité extraordinaire de faune aux Galapagos. Rien que le port de Puerto Ayora était un point où nous aurions pu passer nos soirées : raies, lions de mer, iguanes, tortues… A chaque fois que nous passions la tête par dessus le ponton, nous tombions sur l’un d’entre eux. Décidément c’est sûr : ce séjour va nous plaire !

 

 

Coin pratique

1 euro ~1,25$

Avion Guayaquil – Santa Cruz : 180$ par personne avec la compagnie TAME. 1h40 de voyage. Attention, il y a 1h de décalage horaire entre les Galapagos et le continent.

Taxe d’entrée aux Galapagos : 20$ à payer avant de prendre l’avion + 100$ à l’arrivée aux Galapagos. En cash uniquement. Attention, il est strictement interdit d’importer tout produit d’origine végétal ou animal sur les îles.

Transport aéroport jusqu’à Puerto Ayora : L’aéroport se situe sur une petite île au nord de Santa Cruz. Prendre la navette gratuite de la compagnie + un bateau pour rejoindre l’île principale (1$ par personne) + 1 bus pour rejoindre la ville (2$ par personne). Compter en tout au moins 1h de trajet.

Centre Charles-Darwin : gratuit

Bateau-taxi jusqu’à Las Grietas : 80 cts par personne pour 5 min de bateau + 20 min de marche pour arriver au site. Les bateaux-taxis se prennent au port.

Plongée à Gordon Rocks avec Nauti Diving : 160$ par personne. Comprend deux plongées, le repas du midi, les équipements et tous les trajets. Les tarifs sont sensiblement les mêmes selon les clubs, mais on ne vous conseille pas forcément celui-ci…

Trajet en bateau Santa Cruz – Isabela : tous les jours à 07h et 14h. Prix fixe de 30$, quelque soi l’agence dans laquelle le ticket est acheté (même si nous avons entendu qu’une agence les propose à 25$…). Durée : environ 2h.

 

Logements :

Hostel Carlitza Backpacker 2 : 21$ la nuit en chambre double avec sdb privative. A 10min à pied du centre mais juste en face du marché pour manger pas cher le soir. Bon rapport qualité/prix.

 

Restaurants :

Le marché : pour les empanadas à 1$.

The Rocks : menus du midi assez bons 3,5$.

 

One Response

  1. ça donne envie de lire l’article suivant, le suspens avec les requins marteaux est intenable 😉

Laissez un commentaire