Iaorana Tahiti !

Du 04/09/17 au 06/09/17 puis du 08/09/17 au 12/09/17

 

Arrivée au beau milieu de pacifique

Lundi 04 septembre, 05h du matin, notre avion en provenance de Los Angeles se pose sur la piste de l’aéroport international de Tahiti Faaa. A notre descente sur le tarmac, nous sentons immédiatement la chaleur et la moiteur de l’air : ça y est nous y sommes.

Pour Florian, son dernier séjour à Tahiti remonte à 2000, lorsqu’il était venu y passer plusieurs semaines en vacances en famille. Les souvenirs sont lointains mais toujours présents. Pour moi, voilà maintenant 13 ans que j’attendais ce moment : après avoir vécu ici à Tahiti entre 2002 et 2004, j’avais toujours rêvé de revenir poser les pieds sur ce petit bout d’île. Lorsque nos pieds se posent sur le sol de l’aéroport, je sens une petite vague d’émotion monter en moi. Tous les souvenirs remontent, et je ne sais pas si nous réalisons vraiment à ce moment-là où nous sommes. J’avoue que j’ai quand même pris un peu sur moi à ce moment-là ;). Mes premières pensées vont naturellement à mes parents, mon frère et ma sœur : j’aurais adoré qu’ils soient tous ici avec moi, et je sais qu’ils auraient certainement éprouvé la même chose que moi à ce moment-là. Mais ce n’est que partie remise, j’en suis sûre ! Cette fois-ci j’ai la chance de pouvoir partager ça avec Florian, et je suis plus qu’heureuse d’être ici avec lui !

A la sortie de l’aéroport, nous sommes accueillis avec des colliers de fleurs par Michel, qui nous amène à la maison où nous retrouvons également Maima, Hinatea et Moea. Cela fait plusieurs années que je n’avais pas vu nos amis tahitiens, et je suis vraiment très contente de les retrouver cette fois-ci à Tahiti ! Ils ont très gentiment accepté de nous accueillir chez eux pendant notre passage ici, et nous sommes très reconnaissants et très heureux de pouvoir passer un peu de temps avec eux.

 

Les bons ananas des îles 🙂

Un peu cassés du décalage horaire, nous ne ferons pas énormément d’activités pour ce premier jour, mais nous sortons tout de même nous balader sur Papeete histoire de réserver d’ores et déjà nos billets de ferry pour Moorea, de trouver une carte sim locale pour nos « Vini », et de réserver une table à l’hôtel Intercontinental pour le spectacle de danse de vendredi soir prochain. C’est une sensation assez étrange de se retrouver ici après tant d’années. Nous retrouvons l’ambiance, les odeurs, la langue tahitienne parlée autour de nous, ce « quelque chose » dans l’atmosphère que je ne saurai décrire mais qui nous renvoie immédiatement plusieurs années en arrière. D’ailleurs, nous n’avons pas l’impression que les rues aient tant changées que ça… ou bien notre mémoire nous joue peut être un peu des tours !

Pour notre premier repas, ce sera sashimi de thon à la tahitienne. Quel délice de retrouver toutes ces saveurs !

 

Marché de Papeete et côté est de l’île

Pour notre deuxième jour, nous partons cette fois-ci visiter le fameux marché de Papeete. Celui-ci non plus n’a pas tant changé que ça, on y trouve toujours les stands de poissons, de fruits, de légumes, et les marchands de souvenirs à l’étage. Nous salivons devant les étalages de fruits, et en profitons pour nous faire une petite cure : bananes, jus d’ananas, ça fait un bien fou de pouvoir déguster d’aussi bons produits frais ! Le marché de Papeete reste vraiment un incontournable de la ville. Les sons des ukulélé, les odeurs de poissons et de fruits, les couleurs des étalages et des boutiques de paréos : on en prend plein les sens.

L’après-midi, nous partons cette fois-ci sur la côté Est de l’île. Nous faisons un premier stop au « trou du souffleur », un trou dans la roche créant un appel d’air lorsque les vagues arrivent côté mer, ce qui provoque un gros souffle d’air côté terre. En face du trou du souffleur, nous en profitons pour passer aux « 3 cascades ». Malheureusement dû à des intempéries assez récentes, nous ne pouvons accéder qu’à la première, mais celle-ci est déjà bien impressionnante de par sa hauteur !

Sur la route du retour vers Papeete, nous longeons les plages de sable noir de la Papenoo. Ici, la barrière de corail est inexistante, ce qui en fait un spot de surf assez fréquenté à Tahiti (ou de bodyboard, la famille côté Jeanne pourra en témoigner !), puis nous continuons jusqu’à la pointe vénus au niveau de la ville de Mahina. Ici aussi le sable est noir, mais contrairement à la Papenoo, il n’y a aucune vague à cet endroit, c’est même plutôt une mer d’huile ! De là, nous assistons à un magnifique coucher de soleil sur Moorea, l’île en face de Tahiti, avant de rentrer prendre un super apéritif sur la terrasse en admirant les dernières lumières du jour depuis le balcon de la maison. Plutôt pas facile comme 2ème journée ;).

 

Le lendemain, nous partons pour Moorea pendant 3 jours, mais on vous garde tout ça pour un autre article !

 

Retour de Moorea pour le spectacle de danse à l’Intercontinental

Spectacle de Tamuré à l’Intercontinental

Nous rentrons sur Tahiti le vendredi 08 en fin d’après-midi. Nous avions réservé dans la foulée une soirée à l’hôtel Intercontinental (anciennement Beachcomber) afin d’aller voir le spectacle de danse qui s’y tient tous les vendredi soirs. Le diner-spectacle s’organise de deux façons possibles : prendre le buffet à 10000 CFP par personne (80 euros) et avoir les places tout devant, ou prendre à la carte et avoir les tables un peu plus à l’arrière. Budget réduit oblige, nous avons opté pour la deuxième solution, mais nous avions réussi à réserver un table très bien placée quelques jours plus tôt.

Il y a 13 ans de cela, j’avais comme souvenir que la troupe qui se produisait ici était celle des « Grands Ballets de Tahiti ». Ce n’est plus le cas aujourd’hui, et nous avons eu droit à une autre troupe de danse à la place. Le spectacle était vraiment beau, mais si on voulait chipoter, on dirait qu’il manquait quand même un peu de synchronisation entre les danseuses et qu’il y avait quand même pas mal de loupés dans les chorégraphies (dont le cracheur de feu qui fait tomber son bâton en flamme à moins d’1 mètre des clients de devant…). Les costumes et la musique étaient tout de même tip-top, et nous nous sommes régalés au restaurant ! Mahi-Mahi à la vanille pour moi et mi-cuit de thon pour Florian, un délice !

Autre option moins coûteuse pour assister au spectacle : boire un verre au bar d’à côté. La visibilité sur la scène est bien moins bonne mais cela doit tout de même revenir à bien moins cher.

 

Sortie voilier sur les côtes tahitiennes

Le lendemain, Michel nous propose d’aller faire un tour avec son voilier le long des côtes. Évidemment, nous sommes partants : ce n’est pas tous les jours qu’on peut faire une activité pareille, surtout ici !

Nous passerons 4h à naviguer entre le yatch club et la pointe de la Papenoo, à apprendre les rudiments de la voile, comment tenir la barre, et à essayer de comprendre les vents et leurs directions. Un peu plus et nous étions prêts à prendre le large vers l’Amérique du sud !

Nous avons également eu la chance immense de croiser des baleines sur la route. Décidément, nous avons été gâtés (à venir dans l’article de Moorea : notre rencontre sub-aquatique avec ces gros mammifères). Nous rentrons ensuite doucement vers Papeete tandis que le soleil se couche derrière Moorea, puis sortons tous ensemble manger aux roulottes de Papeete, prêt du port de la ville (c’est un peu le passage obligé d’une sortie nocturne sur Papeete, l’ambiance des roulottes est à tester au moins une fois !).

 

Tour de l’île en voiture

Dimanche 10 septembre, nous profitons d’une belle journée pour aller faire le tour de l’île en voiture avec Moea, qui sera notre guide VIP pour la journée. Avant de prendre la route, nous profitons tous ensemble d’un super petit déjeuner polynésien à la maison, avec au menu fruits frais, viennoiseries, beignets, poa rôti, korori (muscle de l’huitre perlière), bouchons et autres délices locaux. De quoi prendre pleins de forces pour la journée !

Sur la route de la presque île, nous nous arrêtons à différents spots : les grottes de Mar’aa, le marae Arahurahu (un des plus grand lieu de culte polynésien de Tahiti), et la source Vaima, une source d’eau claire sortant de la roche et créant une petite rivière qui se jette dans la mer et dans laquelle il est possible de se baigner. L’eau est tellement claire et pure que nous avons la peau toute douce après la baignade !

En début d’après-midi, nous arrivons enfin à la presque île de Taravao. L’île de Tahiti est divisée en 2 parties : Tahiti Nui (la « grande ») et Tahiti Iti (la « petite »). Nous montons directement jusqu’au belvédère, qui offre une vue superbe sur la plaine de Taravao qui sépare Tahiti Iti de Tahiti Nui. Changement de décor ici : on a l’impression d’être en Normandie, avec de grands pâturages et pleins de vaches ! Le décalage est assez marrant à voir.

 

En redescendant, nous poussons le chemin jusqu’à Teahupoo, le spot de surf mondialement connu où ont lieu tous les ans de grandes compétitions internationales. Ici, les surfeurs se rendent derrière la barrière de corail, où d’énormes vagues se forment. Les fonds sont assez peu profonds et les courants peuvent être forts, ce qui rend l’endroit assez dangereux et participe à renforcer sa notoriété mondiale. Nous nous contenterons d’une petite baignade sur les plages de sable noir, on ne jouera pas nos Kelly Slater aujourd’hui !

Nous finissons le tour de l’île en remontant par la côte est de l’île, et rentrons à Arué vers 16h30. Nous profitons de la fin d’après-midi pour aller également passer le bonjour à la sœur d’une amie des parents de Florian, avec qui nous passons un très bon moment sur la terrasse avec une vue magnifique sur le lagon.

 

 

Dernière journée à Tahiti avant le départ dans les îles

Pour notre dernier jour à Tahiti, nous profitons de la matinée pour faire quelques emplettes avant de partir dans les îles (entre le camping et le couchsurfing nous aurons l’occasion de cuisiner par nous même un bon nombre de fois), envoyer un colis vers la France et faire un dernier tour dans le centre de Papeete où nous admirons de superbes œuvres de street art sur les murs de la ville (réalisées dans le cadre d’un concours de graff annuel).

Autre sortie et pas des moindres (je l’attendais celle-là !) : nous partons à la recherche de la maison dans laquelle nous avions vécu en famille entre 2002 et 2004, dans le quartier de Pamatai. Après quelques erreurs et demi-tour, je reconnais alors le flamboyant dans le rond-point juste avant la maison : nous y sommes ! Le quartier n’a pas trop changé, et surtout, la maison est toujours là ! Petit coup d’œil par le portail, ça me fait tout bizarre de revoir le garage, le jardin et les fenêtres de nos chambres. J’aurais adoré aller faire un petit tour à l’intérieur, mais il ne semble y avoir personne dedans… Pas grave, c’était déjà une super chose de l’avoir revue de l’extérieur !

Dans la série « pèlerinage », nous faisons également un petit tour à mon ancien collège (le collège de Punaauia). Ici, les grilles sont ouvertes et nous recevons l’autorisation de faire un petit tour à l’intérieur. Les choses n’ont pas du tout changées, j’ai l’impression d’être soudainement replongée 15 ans en arrière lors de mes premiers jours en classe de 5ème, c’est une sensation plutôt bizarre….

Au belvédère de Pirae

En fin d’après-midi, nous nous lançons dans la montée au belvédère de Tahiti (en voiture, pas à pied). Ça grimpe haut, et on admire les gens qui viennent courir ou marcher par ici ! La vue d’en haut sur la ville est très belle, et on est presque trop haut pour voir toutes les couleurs du lagon, c’est impressionnant !

Le soir nous passons une dernière soirée avec Michel, Maima, Hinatea et Moea. Notre semaine à Tahiti sera passée à une allure folle, et on serait bien restés quelques jours de plus histoire de profiter vraiment et de retrouver un rythme de vie à la cool. Il faut dire que nous avons été tellement bien accueillis, que forcément ça ne donne pas envie de partir ;).

 

Ceci dit, les prochaines étapes s’annoncent palpitantes : le lendemain matin, nous partons pour l’aéroport afin de commencer notre périple dans les îles ! Au programme : Maupiti, Raiatea, Bora-Bora, Rangiroa et Fakarava.

 

Première étape, une île ayant la réputation d’être parmi les plus belles et les plus sauvages de Polynésie : Maupiti !

 

Coin pratique

1 euros ~ 120 Francs Polynésiens


Traversée en Ferry Tahiti – Moorea avec TEREVAO : 4200 CFP pour une voiture et 1160 par adulte, l’aller. 13040 CFP au total, ou bien 11360 avec la carte de réduction Big CE. 30 min de traversée. Horaires disponible sur leur site.

 

Parking à Papeete : 100 CFP dans les parkings, 150 dans la rue.

Envoi de colis vers la France : Pour 5kilos, 5600 CFP.

 

Restaurants :

Les roulottes : prêt du port de Papeete. Plusieurs choix de disponibles (asiatique, tahitien, crêpes, steack frites…)

Le dalia à Arué : pour un vrai Chao Men à la chinoise.

L’intercontinental : environ 2500 CFP le plat à la carte.

 

2 Responses

  1. Les souvenirs nous envahissent aussi. Merci à vous de nous faire revivre tous ces moments de bonheur et de plaisir vécus sous le soleil de Tahiti. Papa & Maman

  2. Très bon article! Les odeurs et l’ambiance me reviennent presque…. en ce lundi matin maussade: merci !

Laissez un commentaire