Phnom Penh : 3 jours dans la capitale cambodgienne

 

Après nos 4 jours passés dans le sud du pays, il est temps pour nous de nous éloigner de la côte et de nous diriger vers Phnom Penh. Après l’après-midi passée dans le bus, c’est avec pas mal d’à priori que nous arrivons dans la capitale. En effet, nous n’en avons pas entendu particulièrement de bien, notamment au niveau de la sécurité : les vols à la tire sont apparemment fréquents dans la rue et dans les tuk-tuks auprès des touristes, et nous n’oublions pas notre rencontre à Hpa-An en Birmanie avec Quentin et Mathilde qui s’étaient fait voler leur sac à dos à l’arrachée dans un tuk-tuk lors de leur passage à Phnom Penh, perdant ainsi passeports, cb et appareil photo… Nous serons donc assez méfiants pendant ces 3 jours passés dans la capitale, préférant être presque trop prévenants en attachant les sangles de nos sacs à dos et en ne les laissant jamais à nos pieds dans les tuk-tuks, mais nous assurant ainsi d’éviter au maximum les ennuis.

Le soir de notre arrivée, nous rejoignons directement notre guesthouse et prenons notre premier repas dans la capitale dans une rue adjacente à notre hôtel. Dans la foulée, nous profitons d’être dans une grande ville afin d’aller au cinéma pour voir le nouveau « Batman vs Superman » sorti quelques jours auparavant ! Un petit restaurant suivi d’un ciné, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas connu ça ;).

 

 

Visite de l’ancienne prison S-21 : réaliser les horreurs qu’a vécu le peuple cambodgien il n’y a pas si longtemps…

Au lendemain de notre arrivée, nous consacrons la matinée ainsi qu’une bonne partie de l’après midi à la visite de l’ancienne prison Tuol Seng, aussi connue sous le nom de S-21. Ce centre de détention du temps des khmers rouges est l’une des 190 prisons de la dictature de Pol Pot, et fût installée dans le centre de Phnom Penh dans les locaux d’un ancien lycée. Tout détenu était forcément considéré comme coupable de crimes (souvent imaginaires) contre la dictature, et chaque prisonnier suspecté était torturé afin d’obtenir des aveux, avant d’être bien souvent exécuté par la suite. 14000 à 16000 personnes ont été emprisonnées dans S-21,phnompenh_2 et seulement 7 personnes ont été retrouvées vivantes à la libération du camp par les vietnamiens. Parmi elles, trois étaient des artistes utilisés par les Khmers pour réaliser, entre autres, des représentations du « frère N°1 », Pol Pot. Ironie de l’affaire pour les dirigeants, après les avoir utilisés pour véhiculer la propagande khmer, ce sont ces artistes qui, par leurs peintures de la vie du camp, ont permis la représentation des atrocités qui s’y sont déroulés. Plusieurs de leurs peintures sont exposées dont certaines difficiles à soutenir du regard. L’un de ces survivants est d’ailleurs présent à la fin de la visite dans les murs du camp.

Pendant près de 5 ans, les pires atrocités ont été commises dans l’enceinte de cet ancien lycée, et la visite du lieu est hautement chargée en émotion. Il n’est pas facile de se balader dans ses salles de classe où des milliers de personnes ont été torturées et tuées dans des conditions atroces. Dans le premier bâtiment, on trouve encore les lits en fer sur lesquels étaient attachés les prisonniers, et les cellules individuelles sont encore visibles dans le 2ème bâtiment. Avant cette visite, nous ne réalisions pas à quel point le peuple cambodgien avait pu souffrir de cette dictature, et les atrocités perpétrées sont d’autant plus choquantes quand on sait que tout cela a eu lieu dans les années 1970, il n’y pas si longtemps que ça… Nous avons d’ailleurs trouvé ça triste que cette partie de l’histoire soit si peu abordée dans les livres d’histoires alors que le régime des khmers rouges a tué environ 1,7 millions de cambodgiens, soit 20% de la population de l’époque…

Même si la visite n’est pas facile, nous la conseillons néanmoins à toutes les personnes de passage de Phnom Penh, car il est selon nous important de se rendre compte de ce qu’il s’est passé ici au Cambodge il y a encore très peu de temps.

 

Marché russe et danse cambodgienne

Après cette visite haute en émotion, nous partons faire un tour au « marché russe« , appelé ainsi car très fréquenté autrefois par les… suspens… russes. Le marché n’a pas grand chose de particulier selon nous hormis le fait qu’il est possible d’y trouver absolument TOUT et N’IMPORTE QUOI. De la nourriture, des souvenirs, des habits, mais on y a vu aussi l’allée des moteurs, des roues de voitures, des perceuses, des bijoux… le tout dans une bonne odeur de viande pas très fraiche. Un bon gros joyeux bazar comme on les aime en Asie ;).

En fin d’après-midi, nous partons réserver nos places pour un spectacle de danse traditionnelle pour le soir même au musée national de la ville. Le spectacle commence à 19h tous les soirs sauf le dimanche et dure 1h. Les costumes sont magnifiques et chaque chorégraphie représente une scène de la culture traditionnelle phnompenh_1cambodgienne. On vous conseille d’aller voir le spectacle si vous êtes dans le coin car vous ferez aussi une bonne action : la troupe a été créée il y a quelques années afin de redonner un nouvel élan à l’art au Cambodge. Pendant la dictature des khmers rouges, un grand nombre d’artistes ont été tués et peu d’entre eux sont encore vivants pour transmettre leur savoir aux nouvelles générations. Cette école a donc pour but de faire perdurer l’art cambodgien à travers la musique, le chant et la danse, et l’argent collecté avec les spectacles permet de financer l’école.

Après le spectacle, nous faisons un petit tour au « night market » de Phnom Penh. C’est moins impressionnant et moins garni que les marchés de nuit thaï, mais le principe est assez marrant puisque tous les stands sont disposés en cercle autour d’une place où sont disposés pleins de paillasses sur lesquels les gens s’assoient pour manger les plats précédemment achetés.

Assister à un match de boxe cambodgienne à Phnom Penh.

Pour ce 2ème jour dans la capitale, nous avons choisi de faire une activité un peu « originale ». Florian avait vu sur internet que tous les vendredi, samedi et dimanche de chaque semaine, des matchs de boxes cambodgiennes étaient diffusés à la télé en direct et qu’il était possible d’aller y assister gratuitement. Nous nous rendons donc dans les locaux de la chaîne national CTN pour 14h et prenons place dans les gradins au milieu phnompenh_3des locaux venus assister au spectacle entre amis ou en famille. La salle est pleine à craquer et l’ambiance est totalement géniale ! Les gens sont « à fond dedans », hurlent, et même rigolent à certains moments (mais nous n’avons jamais compris pourquoi!). Nous assistons ainsi à 6 matchs, et je prenais personnellement toujours le parti des rouges (comme avec Koh Lanta : je suis toujours pour les rouges ! 😉 ). Florian quant à lui s’y connait un peu mieux que moi pour apprécier toutes les subtilités de chaque match, et c’est ravis que nous quittons les lieux en fin d’après-midi.

Comme c’est Pâques aujourd’hui et que nous savons que nos familles sont sûrement réunies pour manger pleins de chocolats, nous décidons de nous consoler un peu de ne pas être avec eux en nous offrant un super bon restaurant français ce soir. C’est en tongs (et oui on n’avait pas prévu les tenues de soirée !) et en short que nous allons donc diner au « Van’s », restaurant de gastronomie française tenu dans l’ancienne banque d’indochine où nous dégustons un menu digne d’un restaurant étoilé pour… 30 euros par personne ! Et là, on ne vous raconte pas le plaisir qu’on a eu à manger tout ce que contenait nos assiettes. Au menu : foie gras aux truffes en entrée, cuisse de canard pour Florian et entrecôte pour moi (un bon morceau de viande correctement cuit… hummm j’en rêve encore!), et moelleux au chocolat et tarte au citron en dessert. Le tout accompagné de PAIN, du vrai, du bon, du croustillant !! Et un verre de vin blanc chacun ! On ne pensait pas un jour être autant ébahis par deux morceaux de pain, une entrecôte et du vin blanc, mais après 3 mois de nouilles sautées on vous laisse imaginer notre bonheur ;).

 

Jour 3 : suite et fin de nos visites à Phnom Penh

Pour ce dernier jour dans la capitale, nous attaquons la journée par la visite du Palais royal, dans le centre de la ville. Résidence phnompenh_6actuelle du roi du Cambodge, le palais est divisé en plusieurs bâtiments dont certains sont ouverts au public. Le plus connu d’entre eux est la pagode d’argent, contenant en son sein un bouddha d’émeraude et un autre incrusté de diamants. Son sol est composé de plus de 5000 carreaux d’argent d’1kg chacun, mais une très grande partie est aujourd’hui recouverte de moquette pour éviter sa dégradation.

D’une manière générale nous avons trouvé le complexe joli, bien que le coût de l’entrée soit un peu élevé. Apparemment ce palais royal ressemble beaucoup à celui de Bangkok, mais comme on n’a pas vu ce dernier on ne pourra pas vous le confirmer ;).

Dans l’après-midi nous visitons cette fois-ci le stade olympique d’architecture khmer des années 60 (nous avons raté la séance de gym collective de 17h qui apparemment vaut le détour) ainsi que le grand marché central de la ville, dont l’architecture de la coupole est assez intéressante bien que le marché n’ait pas forcément un grand intérêt.phnompenh_5

Le soir, nous retrouvons Amandine et Jean-Yves pour boire un verre et manger un bout sur Phnom Penh. Depuis le début de notre voyage au Vietnam, nous nous suivons à quelques jours prêts et nous ne sommes encore jamais parvenus à nous voir ! Pour une fois que nous sommes donc dans la même ville et en même temps, on profite de l’occasion pour se voir tous les 4. Nous nous étions déjà rencontrés « en vrai » devant le Taj Mahal en Inde à 7h du matin, et nous avons donc plus de 2 mois de voyages à nous raconter depuis la dernière fois. Amandine et Jean-Yves prennent le bus de nuit le soir même pour rejoindre Siem Reap où nous nous rendons également le lendemain, ce qui nous donnera à nouveau des occasions de nous voir (nous passerons même l’intégralité de notre séjour à Siem Reap tous les 4, mais ça c’est pour le prochain épisode).

 

 

En bref, nous avons apprécié ces 3 jours dans la capitale. Nous étions arrivés avec beaucoup d’à priori et avec une mauvaise image de la ville. Même s’il est vrai que ce n’est pas la plus belle ville asiatique que l’on ait vue (et de loin…), un passage dans Phnom Penh nous semble nécessaire lors d’un voyage au Cambodge pour tenter de comprendre le passé de ce pays et s’imprégner un peu plus de sa culture.

 

Tous nos articles sur le Cambodge:

 

Pour voir toutes nos photos du Cambodge –> c’est ici !

Coin pratique

1 dollars ~ 4000 Riels

Au dessus d’1$, tout se paye en dollars, les riels servent principalement pour les centimes ou les petites sommes.

 

Visite de l’ancienne prison S21 : 6$ par personne avec l’audioguide (que l’on recommande chaudement)

Visite du Palais Royal : 6,5$ par personne

Spectacle de danse traditionnelle : 15$ par personne

 

Guesthouses:

Good Morning Guesthouse : 10$ la nuit dans une chambre sans fenêtre, avec ventilateur et sans eau chaude. Gros point négatif : les chambres sans fenêtres sont très mal aérées et il y fait très vite chaud.

 

Restaurants:

Night Market: pour des petites brochettes ou un plat de noodles pas trop cher.

Van’s restaurant: restaurant gastronomique français. Compter 35$ le menu. Un délice !!

Happy Herb Pizza : plats pas trop cher et bons. Coup de coeur pour leur lok-lak !

Laissez un commentaire