Tahiti et ses îles, le bilan !

 

Et voilà, nos 3 semaines en Polynésie Françaises sont déjà finies. A l’heure de l’écriture de ce bilan, elles nous paraissent déjà loin, alors que c’était il y a à peine 20 jours. Il faut dire qu’entre temps, nous avons totalement changé de décor et de température puisque nous sommes dans le sud du Chili, alors le gap est assez énorme !

Nous allons essayer de vous livrer ici un petit bilan de notre séjour dans les îles, avec tous nos ressentis, nos coups de coeur, nos déceptions, et aussi quelques astuces et informations pratiques si vous souhaitez également passer y faire un tour !

Petit point à savoir avant de commencer : nous n’avons pas fait ces 3 semaines en mode « hôtel de luxe et bungalow sur pilotis ». On ne pourra donc pas donner de bons conseils sur ce type de séjour. Deuxième information : parce que nous connaissions déjà Tahiti et que nous avions des amis là-bas, nous réalisons également que nous avons vécu ce voyage dans des conditions plus qu’idéales, et que nous avons eu beaucoup de chance, notamment lors de nos séjours à Tahiti et Moorea.

 

Itinéraire

Nous avons passé en tout 22 jours en Polynésie Française. C’est très (trop!) peu, mais financièrement nous n’aurions pas forcément pu y passer plus de temps. Bien que nous ayons réussi à nous en tirer pour un petit budget, la Polynésie reste tout de même une destination chère au quotidien.

Au niveau du découpage, nous souhaitions profiter de Tahiti et Moorea, mais aussi partir visiter d’autres îles sur différents archipels. Nous avons donc divisé notre séjour en 2 grandes parties : Tahiti et Moorea pendant 9 jours, puis les îles pendant 13 jours, repartis de la façon suivante :

04/09 – Jour 1 : Tahiti

05/09 – Jour 2 : Tahiti

06/09 – Jour 3  : Moorea

07/09 – Jour 4 : Moorea

08/09 – Jour 5 : Moorea

09/09 – Jour 6 : Tahiti

10/09 – Jour 7 : Tahiti

11/09 – Jour 8 : Tahiti

12/09 – Jour 9 : Tahiti et départ pour Maupiti

13/09 – Jour 10 : Maupiti

14/09 – Jour 11 : Maupiti

15/09 – Jour 12 : Maupiti et départ pour Raiatea

16/09 – Jour 13 : Raiatea et Tahaa

17/09 – Jour 14 : Raiatea

18/09 – Jour 15 : Bora-Bora

19/09 – Jour 16 : Départ pour Rangiroa

20/09 – Jour 17 : Rangiroa

21/09 – Jour 18 : Rangiroa

22/09 – Jour 19 : Rangiroa et départ vers Fakarava

23/09 – Jour 20 : Fakarava

24/09 – Jour 21 : Fakarava

25/09 – Jour 22 : Fakarava et retour à Tahiti

26/09 – Jour 23 : Départ pour l’île de Pâques dans la nuit

Passer 7 jours entiers à Tahiti peut paraître vraiment beaucoup pour certains, car elle n’a pas forcément la réputation d’être la plus belle des îles. Pour nous, notre passage s’est fait dans un contexte assez différent : ayant vécu ici il y a presque 15 ans, il y avait forcément beaucoup de choses que je voulais revoir. De plus, nous y avons été accueillis par des amis de la famille, et nous avons donc profiter tous ensemble de nos retrouvailles et de la vie « à la tahitienne ».

Pour le choix des autres îles, Moorea s’est évidemment imposé dès le début. Très facilement accessible en bateau depuis Tahiti, c’est aussi une des plus belles îles de Polynésie, et nous y avions beaucoup de souvenirs. Forcément on ne pouvait pas faire l’impasse dessus. Pour les autres, nous souhaitions faire un mélange entre des îles montagneuses et des atolls.

Des îles sous-le-vent, je ne connaissais que Huahiné, c’était donc l’occasion pour nous d’aller faire un tour sur les autres. Maupiti faisait parti de mes souhaits depuis très très longtemps ; Raiatea est une des principales îles de la Polynésie et aussi le seul moyen d’accéder à Tahaa (qui me faisait aussi beaucoup rêver depuis toujours) quant à Bora-Bora, ce n’était pas forcément au programme, mais nous y avons finalement fait escale avant de partir aux Tuamotus.

Pour les Tuamotus (les atolls), nous nous étions déjà rendus en famille il y a 14 ans à Rangiroa, et je souhaitais vraiment faire découvrir à Florian ce temple de la plongée. Et puis tant qu’à être dans les Tuamotus, autant continuer à Fakarava, autre paradis de la plongée !

Au final, si notre itinéraire était à refaire, nous aurions enlevé totalement nos séjours à Raiatea et Bora-Bora, et aurions rajouté quelques jours à nos séjours à Maupiti et Fakarava, et surtout à Tahiti pour avoir le temps de profiter plus longtemps ! Pas de regrets pour autant, c’était un magnifique séjour que nous avons vécu !

 

Transports

La vue depuis l’avion reste tout de même plutôt pas mal 😉

Pour le transport inter-îles, nous avons opté pour le ferry (entre Tahiti et Moorea), et pour l’avion (pour les autres îles). A l’heure actuelle, il n’est pas possible de rallier une autre île que Moorea en ferry : c’est forcément l’avion, et donc la compagnie Air Tahiti.

La meilleure façon de visiter les îles est donc de prendre un « pass inter-îles », qui permet de faire de sacrées économies et de payer beaucoup moins cher qu’en prenant plusieurs aller-retour depuis Tahiti. Le prix du pass varie en fonction des îles choisies. Les destinations proches comme Bora-Bora, Raiatea, Huahiné, seront beaucoup moins chères que les destinations plus éloignées comme les Tuamotus. En revanche, le prix ne change pas forcément que l’on rajoute une ou plusieurs îles de chaque archipel (par exemple, le prix de notre pass était le même, peu importe si nous avions visité seulement Rangiroa, ou bien Rangiroa et Fakarava). Dans ce cas là, mieux vaut donc rentabiliser le pass et en profiter pour visiter les autres îles du coin qui vous font vraiment envie !

 

Pour nos déplacements sur les îles, nous avons eu la chance d’avoir une voiture prêtée pour Tahiti et Moorea, ce qui nous a permis d’avoir beaucoup plus de liberté. Nous ne connaissons pas les prix des locations à la journée, mais cela peut valoir vraiment le coup à Tahiti pour aller visiter des coins un peu plus éloignés de l’île. Sur les autres îles, nous avons opté pour le vélo ou le stop. Cela a toujours très bien marché et nous n’avons jamais eu de soucis pour trouver une voiture qui accepte de nous prendre.

 

Logements

Le gros point noir de tout passage en Polynésie : comment ne pas laisser un rein dans les locations d’hébergement ?

Notre tente à Maupiti

A Tahiti, nous avons été hébergés chez nos amis à Arué, mais il est possible de trouver pas mal de couchsurfing sur l’île. Pour Moorea, c’est aussi via nos amis de Tahiti que nous avons été hébergés, mais là encore on peut trouver des couchsurfing,et même un camping !

Pour les autres îles, dès que nous le pouvions nous avons opté pour le couchsurfing. Ainsi, sur Bora-Bora et Rangiroa, nous avions logé chez Isabelle et Arnaud qui nous ont très gentiment accueillis chez eux. A Maupiti et Raiatea en revanche, nous n’avons pas trouvé d’hôtes, et avons donc opté pour des campings où nous avons posé notre tente. Certes ce n’est pas le confort d’un lit, mais cela permet de largement réduire la note ! Pour Maupiti, nous étions d’ailleurs dans un cadre paradisiaque, peut être même mieux lotis que dans d’autres pensions ;). Enfin pour Fakarava, comme nous l’avions expliqué dans notre article, nous avons été hébergés chez Pauline, rencontrée via Instagram, et qui nous a ouvert en grand les portes de sa maison. Bon à savoir : Bora-Bora, Rangiroa et Fakarava possèdent toutes les 3 également des campings.

En revanche sans tente et sans couchsurfing, il nous semble difficile d’échapper à l’option pension familiale, où les prix peuvent alors très vite s’envoler..

 

Nourriture

Notre partie préférée du bilan :D. Par où commencer ? La Polynésie se sont des succulentes bananes, des ananas fruités, du poisson frais tous les jours, de trop bons petits plats à base de coco, des chao mens, des bouchons chinois…. De quoi se régaler tous les jours !

Nous achetions très régulièrement nos fruits dans les marchés ou sur le bord de routes, pour 3 fois rien. Pour les légumes, on ne trouve pas de tout partout (surtout dans les Tuamotus où rien ne peut être cultivé), et certains peuvent parfois être chers. On trouve cependant presque toujours des choux, des aubergines, des tomates ou des poivrons. Pour le reste, dur de trouver des plats 100% sans viande ni poisson en Polynésie. Ceci dit, le poisson ne peut pas être plus frais qu’en Polynésie, et puis on est toujours sûr qu’il vient d’être péché juste à côté le jour même !

Au niveau « plats typiques », nous nous sommes régalés de salade de poisson cru au lait de coco (tellement frais et goutu, un délice !), de mahi-mahi sauce vanille, de bouchons chinois (le péché mignon de Florian), de chao men (des nouilles sautées chinoises), de korori (le muscle de l’huitre. Avec du lait de coco, c’est une tuerie !!!), de poissons grillés, de sashimi de thon (mention spéciale pour celui de Maima !!)… Rien que de repenser à tout ça nos papilles s’emballent !

Dans les snacks et les restaurants, nous avons trouvé que les cartes étaient souvent les mêmes (poisson cru, grillé, viande, frites, ou chaomen), mais à vrai dire cela ne nous a jamais trop dérangé. De plus, les prix pratiqués sont souvent les mêmes qu’en métropole, et nous ne nous sommes donc pas fait des restos tous les jours. La plupart du temps nous avons fait notre propre cuisine, avec les produits achetés en supermarché. Là aussi les prix sont semblables à ceux de France, voire souvent plus chers, notamment sur les îles éloignées.

En bref, nous avons toujours très très bien mangés en Polynésie, et certaines spécialités nous manquent déjà… On essayera de les refaire en France, mais avec des produits beaucoup moins frais on n’est pas trop sûr du résultat :/. Il faudra revenir manger tout ça ici, c’est sûr !!

 

Visas

Besoin de rien pour venir en Polynésie Française.

 

Sécurité

Niveau sécurité, aucun souci à se faire… Bien sûr on n’ira pas se balader dans les rues de Papeete seul et tard le soir, mais cela reste une question de bon sens. Certains tahitiens ont un peu tendance à forcer sur la Hinano, mais si vous ne cherchez de nuises à personne il n’y pas de raisons qu’on vous en cherche en retour. Au contraire, nous avons trouvé les polynésiens adorables, le coeur sur la main et toujours prêts à vous aider !!

 

Argent

La carte bancaire n’est pas prise partout, mais normalement les banques appliquent les mêmes conditions pour les retraits que pour la zone Euro (à vérifier avec vos banques tout de même…). Sur Tahiti, on trouve des distributeurs de partout. Sur les autres îles, il faudra être un peu plus prudents : parfois on ne trouve que 1 ou 2 distributeurs (encore faut-il qu’ils fonctionnent), voire pas du tout comme à Maupiti ! Mieux vaut donc toujours prévoir assez de liquide sur soi, notamment pour payer les plongées dans les Tuamotus ! Pour le taux de conversion, il était à 1 euro pour 120 francs pacifiques lorsque nous y étions.

 

Budget

Nos dépenses ont été réparties de la façon suivante :

  • 98269 CPF de nourriture, soit environ 37,51 euros par jour à deux. Cela comprend toutes nos courses et repas.
  • 16693 CPF de transports, soit 6,36 euros par jour à deux. Cela comprend les différents parking et le ferry jusqu’à Moorea. MAIS PAS les billes d’avion inter-îles, qui nous ont coûté 556 euros par personne. On avait compté ceux là dans notre budget « billets d’avions » avant de partir.
  • 30350 CPF de logements, soit 11,5 euros par jour à deux (cela fait peu pour la Polynésie car nous avons souvent été hébergés)
  • 72604 CPF d’activités, soit 27,50 euros par jour à deux. Cette somme comprend nos plongées dans les Tuamotus, mais ne reflète pas totalement la réalité puisqu’une grosse partie nous a été offerte par mes parents. Cela nous a permis de faire beaucoup plus de plongées que ce que nous aurions pu espérer : merci encore mille fois !!!!
  • 30205 CPF d’autres, soit 11,44 euros par jour à deux (carte postale, souvenirs, colis…).

 

Tout cela nous fait donc un total de 2084 euros à deux sur 22 jours, soit 47,36 euros par personne par jour. C’est moins que nos 50 euros journaliers prévus ! Au niveau de la répartition, notre plus gros poste de dépense reste la nourriture. En Polynésie ça coûte cher, et même en se faisant à manger nous-même très souvent cela reste quand même un sacré budget. Vient ensuite les activités/visites, qui comprennent une bonne partie de nos plongées dans les îles.

Cependant attention, cela ne reflète pas réellement ce que pourrait être un budget en Polynésie, même version « routard ». Premièrement parce que nous ne comptons pas les billets d’avion inter-îles que nous avons inclus dans notre budget « billet d’avions », deuxièmement parce que nous avons la chance d’avoir des amis sur place et que cela nous a permis d’alléger grandement notre budget, et troisièmement car comme dit plus haut, une partie des plongées nous a été offerte (ce qui représente une certaine somme vu le prix des plongées en Polynésie !).

En prenant en compte les facteurs « billet d’avions » et « plongées », on arriverait à une moyenne journalière de 94,23 euros par jour et par personne. Évidemment, cela peut énormément varier en fonction des îles visitées, des logements choisis et du nombre de plongées effectuées.

 

Quelques exemples de prix en Polynésie de la vie de tous les jours :

  • Une bouteille d’eau d’1L : 100 CPF (~0,84 euros)
  • Un repas « standard » dans un snack : en moyenne 1700 CPF (~14,24 euros)
  • Un timbre vers l’international : 100 CPF (~0,84 euros)
  • Une plongée dans les Tuamotus : 7000 CPF (~58,66 euros)
  • Une dizaine de bananes : 300 CPF (~2,5 euros)

 

 

Bilan en chiffres

22 jours

8 îles : 6 îles hautes et 2 atolls

6 avions, 1 ferry, 6 bateaux, 1 voiture, 7 voitures en stop, 2 vélos

8 plongées chacun

4 baleines sous l’eau

5 raies mantas

1 requin marteau

2 dauphins

2 jours de pluie

6 nuits en tente

Des dizaines de rencontres formidables

Des paysages de rêves

Pleiiins de trop bons petits plats polynésiens !

Des souvenirs pour toute la vie

 

Tip-top et Flip-Flop

Meilleur paysage :

  • Florian : la traversée à pied du lagon de Maupiti avec les requins et les raies autour de nous
  • Jeanne : la vue depuis le belvédère de Maupiti, et depuis la terrasse de chez Maima et Michel

Meilleur souvenir :

  • Florian : la plongée dérivante de Fakarava et la rencontre avec les baleines
  • Jeanne : Reposer les pieds sur le sol tahitien et avoir revu mon ancienne maison. Et la plongée avec les baleines et avoir aperçu un requin marteau !! En fait toutes les 3 semaines en entier….

 

La plus belle île :

  • Florian : Moorea, Rangiroa ou Fakarava….
  • Jeanne : Fakarava, Maupiti, Moorea, Tahiti… dur de choisir !!

 

Pire souvenir :

  • Florian : les journées de pluie de Raiatea
  • Jeanne : les moustiques de Raiatea

 

Meilleure chose mangée :

  • Florian : la nourriture de Maima !!
  • Jeanne : Idem !! Et le korori !!

Pire chose mangée :

  • Florian : rien à signaler
  • Jeanne : les pâtes sans sel à Raiatea…

Anecdotes polynésiennes

Quelques petites anecdotes qui nous auront marqué pendant ces 3 semaines :

  • En Polynésie, on se lève tôt ! Tout le monde se cale au rythme du soleil, et nous avons rarement dormi au-delà de 08h du matin.
  • Le nom de la bière Hinano est en réalité le nom d’une fleur. Celle de l’arbre du « Pandanus », dont on utilise les feuilles pour tisser des paniers, chapeaux, pour faire des toitures…
  • L’île de la princesse Vaiana serait inspirée de Moorea.
  • Il faut apprécier le chant du coq tous les matins dès 04h… Ou alors avoir un bon lance-pierre.
  • Penser à prendre votre passeport pour les îles : on peut avoir des tampons souvenirs aux aéroports !
  • On comprend vite le sens de l’expression « être fiu », et celle-ci devient irremplaçable !
  • Tout le monde se tutoie, et on prend vite l’habitude.
  • Il faut se préparer à avoir les chansons de Vaiana dans la tête pendant toute la durée du séjour…
  • L’odeur de la Tiaré est présente partout et c’est un délice !
  • Et se préparer psychologiquement à ce que le départ soit très, très dur…

 

Conclusion

La Polynésie… Depuis le temps qu’on en rêvait ! Comment décrire en quelques lignes ce qu’on a vécu et ressenti sur ces îles pendant 3 semaines ? C’était le paradis, tout simplement. On se sent loin de tous les problèmes, tout parait simple et il règne une tranquillité vraiment contagieuse. Les paysages, les plages de fou, les plongées, la nourriture, la vie « à la cool », la gentillesse des polynésiens. Comment ne pas tomber sous le charme ? Son petit côté « à l’autre bout du monde » et « inaccessible » ne fait que renforcer cette image de paradis sur terre. Pas sûr qu’on pourrait y vivre toute notre vie (notre famille et nos amis nous manqueraient trop), mais si notre compte en banque nous le permettait, on y passerait bien plusieurs mois dans l’année… Avoir une petite maison en bord de mer à Moorea, et pouvoir aller plonger tous les weekends, c’est pas le rêve ça ?

3 semaines, c’est certes déjà pas mal, mais si on pouvait refaire notre parcours, je crois qu’on ne prendrait pas tout de suite de billet de retour afin de pouvoir en profiter encore plus longtemps. Le départ était dur et à peine dans l’avion, Tahiti et ses îles nous manquaient déjà. Alors on ne sait pas quand sera la prochaine, mais c’est sûr et certain que ce n’était pas la dernière fois que nous posions les pieds et nos bagages sur le sol polynésien !!

Tous nos articles sur la Polynésie Française :

 

One Response

  1. Un jour à Moorea 2022….comprenne qui pourra

Laissez un commentaire