Uluru et le centre rouge

 

Voici le récit d’un des moments phares de nos 6 mois de voyage que l’on attendait depuis très longtemps : Uluru, au centre de l’Australie. Perdu en plein désert, au milieu de nulle part, c’est une destination où on ne va pas par hasard : situé à près de 17h de route d’Adélaïde, 30h de Sydney ou encore 22h de Darwin, c’est toute une préparation pour y arriver et un long chemin en perspective ! De notre côté, afin d’économiser un maximum de temps, nous avons choisi de nous rendre en avion depuis Adélaïde jusqu’à Alice Springs, la grande ville la plus proche d’Uluru (à 465km en voiture tout de même !). Depuis Alice Springs, nous avons loué un van pour 7 jours afin de faire l’aller retour vers Uluru en passant par Kata Tjuta et King’s Canyon.

Beaucoup de déplacements et d’organisations mais on peut l’affirmer de suite : tous ces kilomètres parcourus valaient le coup et nous le referions sans hésitation ! Le centre rouge est un lieu magique, et la récompense de voir Uluru apparaître à l’horizon pour la première fois vaut bien toutes ces heures de voyages.

 

 

Jour 1 : Alice Springs, récupération du van et début de la route

Depuis Adélaïde, le vol dure environ 2h15 et nous arrivons à Alice Springs en début d’après-midi. Afin de ne pas perdre de temps et de prendre la route au plus vite, nous avions prévu de récupérer notre van dès notre arrivée et nous nous rendons donc directement à l’agence de location depuis l’aéroport.

uluru_2
Notre nouveau van Apollo

Nous avons loué ce van pour 1 semaine auprès de l’agence « Apollo« , dont les prix nous avaient paru corrects au moment de la réservation. Au final la note sera 150 dollars plus élevée que prévue : il n’était pas précisé que les draps, les serviettes, le gaz ainsi que l’assurance pare-brise n’étaient pas inclus… On aurait certainement pu s’en sortir sans, mais sur le coup on a fait un peu nos pigeons et avons accepté le package « matériel tout compris » à 150 AUD de plus… Au final le prix du van nous reviendra donc à 97,31 AUD par jour. Le modèle est exactement le même que dans la partie sud de l’Australie, en beaucoup plus neuf et récent et sans les fuites au plafond ;).

Une fois le van récupéré, nous faisons un arrêt ravitaillement au Woolworths d’Alice Springs. Nous souhaitons éviter au maximum d’avoir à faire des courses en chemin (surtout que les supermarchés se font rares dans le désert), et achetons de quoi manger pour toute la semaine à venir. Notre première vision d’Alice Springs et de son centre ville nous donne vraiment l’impression de ville perdue dans le désert (d’un côté c’est le cas…), et nous sommes également surpris par le nombre d’aborigènes vivants dans la rue. Nous avions déjà entendu dire que les inégalités étaient grandes en Australie vis-à-vis des aborigènes, mais ici le contraste entre les blancs aisés et la pauvreté des aborigènes est vraiment frappante. Tout cela est encore plus choquant quand on sait tout ce que les colons leur ont pris à leur arrivée en Australie (Uluru notamment…), et qu’à ce jour dans la constitution australienne il est encore écrit que les aborigènes ne sont pas considérés comme étant des « êtres humains ». Les relations semblent s’apaiser au fur et à mesure, mais pour beaucoup d’aborigènes l’homme blanc reste encore un intrus qui leur a volé leur pays.

Une fois nos courses effectuées, nous commençons notre longue route vers Uluru (aussi connue sous le nom de Ayer’s Rock), et nous nous arrêtons après 2h30 de route sur une des nombreuses aires de repos au bord de la route où le camping gratuit est autorisé.

 

 

Jour 2 : Découverte d’Uluru

 

Au deuxième jour, nous finissons la route vers Uluru en nous arrêtant en chemin à la station essence de Erldunda, marquant à peu près la moitié du chemin depuis Alice Springs. Dans cette station essence, la bouteille d’eau 1,5L est à près de 6 AUD, mais le wifi est illimité est gratuit ! Cherchez l’erreur… Une chose rare dans le désert donc nous en profitons aussi quelques instants ;).

Sur la dernière portion de route entre Erldunda et l’arrivée, nous passons également devant le mont Conner, que nous confondrons même quelques instants avec Uluru…  C’est un peu la honte on avoue, mais il faut dire que c’était tellement imposant et sorti de nulle part dans le désert que nous y avons cru l’espace de quelques minutes.

Nous arrivons vers 13h à Yulara, petite ville à quelques kilomètres du parc national d’Uluru. Dans tout le parc le camping sauvage est interdit, et nous n’avons pas le choix que de dormir au seul camping de Yulara pour les nuits à venir. Deux ou trois autres hôtels sont aussi disponibles à Yulara, et l’ensemble du complexe hôtelier ainsi que le camping appartiennent au même groupe… Une affaire qui doit bien rapporter aux propriétaires quand on sait que ce sont les seuls endroits où loger aux alentours d’Uluru. Arrivés au camping « Ayers Rock Resort », il y a une file d’attente énorme à la réception et nous avons la chance d’obtenir la dernière place avec branchement électrique du camping ! Nous n’avons rien réservé à l’avance et avons donc eu un petit coup de chance sur le coup… Le temps de nous doucher (en général après une nuit en camping sauvage la douche n’attend pas !) et de manger, il est ulurudéjà 16h lorsque nous partons pour la première fois à la découverte d’Uluru !

A quelques kilomètres de Yulara, un péage est mis en place afin de s’acquitter des droits d’entrée dans le parc de 25$ par personne (ticket valable pour 72h après la première entrée). Nous voici enfin dans le parc national d’ « Uluru – Kata Tjuta » ! Notre premier aperçu d’Uluru se fait depuis le van, et nous sommes d’emblée ébahis et impressionnés par cet imposant « gros caillou » rouge qui trône au milieu du désert. On ne se rend pas bien compte de la grandeur et de la masse que représente Uluru avant de le voir en vrai. C’est un rêve que nous réalisons une nouvelle fois, et nous retrouver devant ce lieu si connu et dont nous avions vu tant de photos auparavant nous laisse sans voix ! Tout ce chemin parcouru, tous ces kilomètres valent définitivement le coup, et Uluru restera sans doute une des plus belles choses que nous aurons vues de tout notre séjour.uluru_3

Nous garons notre van sur le parking du coucher de soleil et installons nos chaises dépliantes face à Uluru. Pendant presque 2h, nous admirerons les couleurs de la roche passant du orange au rouge sombre au fur et à mesure que le soleil se couche. L’appareil photo doit contenir au moins 100 photos de ce coucher de soleil : elles ont beau être toutes prises au même endroit, dur de choisir lesquelles garder et lesquelles effacer. Dans le doute, on garde tout !

Une fois la nuit tombée, nous ne distinguons plus qu’une grosse forme sombre dans le noir, mais les étoiles apparaissent à leur tour. Le ciel est clair et il n’y a aucune lumière parasite à l’environ, ce qui nous permet même de voir clairement à l’œil nu la voie lactée.

 

Logement : Ayers Rock Resort, 47 AUD la nuit en powered, 40 AUD sans électricité. Nous avons payé 38 AUD la nuit car la dernière place disponible n’en était pas vraiment une et nous n’avions que peu d’espace pour mettre le van. Nous avons donc eu le droit à une petite réduction J. Wifi illimité pour 20 AUD les trois jours.

 

 

Jour 3 : tour d’Uluru à pied et nouveau coucher de soleil

Le lendemain matin, nous partons en milieu de matinée pour nous approcher cette fois-ci au plus près d’Ayers Rock et en faire le tour à pied. 9,4km de marche sont au programme, mais le tout sur un terrain très plat. Nous croisons même plusieurs personnes en vélo ou même en train de faire leur jogging ! Plusieurs points d’intérêts sont présents sur tout le chemin, permettant un peu mieux de comprendre les traditions et la vie des aborigènes qui vivaient autrefois autour d’Uluru. Tout le parc national est aujourd’hui géré uluru_6par les aborigènes, et Uluru reste encore de nos jours un lieu très sacré pour eux. Par exemple, certaines faces ne peuvent pas être prises en photos car celles-ci ne doivent pas pouvoir être vues ailleurs qu’ici selon leurs croyances. Sur certains côtés, les traces des cascades formées par la pluie sont également bien visibles et de petits étangs se sont formés à certains endroits. Voir Uluru sous la pluie est apparemment une chose très rare et très belle car des cascades se forment tout le long de la roche, et cela serait même signe de chance. Malheureusement (ou heureusement ?) pour nous pas de pluie pendant nos 3 jours sur place, mais un grand soleil et des températures très agréables en journée !

Lors de cette première ballade, nous faisons également pour la première fois la connaissance des mouches du désert australien. Ces sales bêtes sont absolument PARTOUT et adooorent se coller à tous les visiteurs, plus spécifiquement dans leur figure. De vraies sangsues-mouches qui deviennent très rapidement agaçantes !

C’est aussi au niveau du point de départ de la marche que commence l’ascension d’Uluru. Il a beau être marqué en gros devant la montée que celle-ci est dangereuse en plus d’être irrespectueuse pour les aborigènes, le tout accompagné d’un grand écriteau « PLEASE DON’T CLIMB », cela n’empêche pas un grand nombre de touristes de tenter l’ascension… Une pratique que nous avons vraiment du mal à comprendre quand on sait à quel point Uluru est un site sacré et important aux yeux des aborigènes.

Une fois notre tour fini (après 4h de marche en prenant bien notre temps), nous faisons un arrêt au centre culturel à quelques kilomètres de là. Le centre explique à travers plusieurs petites expositions la découverte d’Uluru par les colons ainsi que son histoire à travers la culture aborigène.

uluru_5

uluru_7

uluru_8

 

En fin d’après-midi, nous nous dirigeons finalement vers le parking du « sunset » afin de pouvoir admirer cette fois-ci le coucher de soleil depuis l’autre côté d’Ayer’s Rock. Cette fois-ci ce n’est plus sur la façade de la roche mais directement dans le ciel que nous voyons les couleurs changées sous nos yeux.  Le ciel s’est enflammé devant nous avant de se transformer en arc-en –ciel de couleurs : un des plus beaux coucher de soleil que nous aurons vu de notre voyage, et en plus nous ne sommes que tous les deux pour admirer le spectacle.

uluru_10

uluru_11

uluru_9

 

 

Jour 4 : Kata Tjuta, ou le mont Olga

Le parc national d’ « Uluru-Kata Tjuta » permet aussi l’accès au Kata Tjuta, aussi connu sous le nom de mont Olga. Ce monolithe est composé de 36 dômes et se situe à une cinquantaine de kilomètres de Yulara. La marche la plus connue pour découvrir ce magnifique endroit est la « Valley of Winds », une ballade de 7,6km à travers les monts.uluru_12

Avant d’attaquer la randonnée nous nous arrêtons à un premier point de vue à plusieurs kilomètres afin d’avoir une vision d’ensemble de tout le Kata Tjuta.

Nous attaquons la randonnée en fin de matinée, avec pour premier objectif d’atteindre les 2 premiers points de vues de la marche. Le deuxième point est à environ 1h de uluru_14marche du parking et demande un peu d’escalade par moment. Arrivés à cette étape, on se voit mal abandonner là et faire demi-tour, et nous nous fixons donc de faire la randonnée en entier. Au final la suite du parcours ne sera pas très difficile et très beau : nous ne regrettons pas d’avoir continuer après le deuxième spot! Nous aurons marché en tout 3h40, et c’est vers 15h que nous retournons à la voiture le ventre un peu creux car nous n’avions pas prévu d’emporter des sandwichs à la base.

Après cette marche, nous retournons au camping d’Ayer’s Rock pour (enfin) manger et faire quelques lessives pour la fin du séjour.

 

 

Jour 5 : King’s Canyon

Uluru c’est fini :(. Nous quittons ce matin le camping ainsi que le parc national afin d’aller voir le « King’s Canyon ». A mi-chemin entre Alice Springs et Uluru, il faut en fait faire un assez grand détour pour s’y rendre car la plupart des routes ne sont accessibles qu’avec un 4×4.

Nous arrivons sur place vers 14h et malgré l’heure déjà tardive (il fait nuit tôt à cette période uluru_16de l’année et nous avons encore de la route à faire !) nous nous motivons à attaquer la « Rim Walk » de 7km qui permet de faire le tour du canyon. D’autres marches sont possibles depuis le parking, mais celle-ci est la plus connue et apparemment une des plus belles à faire sur une demi journée.

La marche commence fort : sur 20min il nous faut monter de grands escaliers construits dans la roche afin d’arriver en haut du canyon. Quand on n’a pas d’endurance je vous garantis que ce n’est pas facile du tout !! La preuve : on trouve même un défibrillateur une fois arrivés en haut pour les personnes cardiaques! Les falaises abruptes du canyon sont magnifiques, et la vue sur toute la vallée est vraiment plongeante. Aucune limite de sécurité n’est mise en place près des falaises et il faut donc faire vraiment attention si on s’approche trop du bord… (une touriste est décédée en 2014 en essayant de faire une photo du vide…). Les formations rocheuses toutuluru_20 autour du canyon sont elles aussi très belles et nous finissons la marche en 2h30.

De retour sur le parking nous étudions les possibilités de camping pour la nuit (il y a un wifi gratuit au départ des randonnées !), mais le camping sauvage est interdit dans tous les environs du parc et le seul camping du coin exerce des prix un peu excessif (tout comme l’essence d’ailleurs : plus de 2AUD le litre, ça fait mal !). Nous choisissons donc de reprendre la route avant que la nuit tombe et nous nous arrêtons sur une aire de repos à environ 60km de la jonction d’autoroute qui relie Uluru. En plein désert, nous aurons même le droit à la visite d’un dingo venant chercher un peu de restes de nourriture auprès des campeurs…

uluru_18

 

Jour 6 : retour sur Alice Springs

Nous passons une grande partie de la journée sur les routes afin de rejoindre Alice Springs. Vers 15H, nous nous arrêtons à une centaine de kilomètres de l’arrivée afin de pouvoir dormir gratuitement sur une aire de repos, et nous admirons notre dernier coucher de soleil depuis notre van sur le centre rouge.

 

 

Jour 9 et 10 : fin de l’Australie

Arrivés le lendemain matin en milieu de matinée à Alice Springs, nous déposons nos affaires à la guesthouse « Alice’s secret » dans laquelle nous avons prévu de passer la nuit, puis allons rendre notre van à l’agence de location. La ville d’Alice Springs n’ayant pas grand intérêt, nous passons le reste de la journée dans le jardin de la guesthouse à préparer notre itinéraire pour la Nouvelle-Zélande.

Le jeudi 09 juin à 13h, il est déjà temps pour nous de quitter l’Australie. Nous faisons escale à Sydney pour 3h afin de reprendre un avion en direction d’Auckland. Notre road trip au pays des kangourous se sera terminé comme il a commencé : en beauté ! Entre Sydney, les 12 apôtres et Uluru, nous en avons pris pleins les yeux pendant 1 mois et une chose est sûre : encore beaucoup d’endroits méritent d’être découverts dans ce grand pays. Australie, on reviendra !

 

Tous nos articles sur l’Australie :

 

Pour voir toutes nos photos de l’Australie –> c’est ici !

Coin pratique

1 euro ~ 1,52 dollars australiens

Entrée au parc national « Uluru Kata Tjuta » : 25$ par personne.

Prix de l’essence : entre 1,8 et 2 AUD le litre. Attention à bien prévoir sa quantité d’essence dans le réservoir pour ne pas se retrouver en panne au milieu de nulle part…

 

Logements :

Alice’s Secret : 59$ la nuit avec salle de bain commune. Service de navette payante jusqu’à l’aéroport. Proprio pas hyper aimable qui avait tendance à voir tous ses clients comme des jeunes irresponsables.

Laissez un commentaire