Carthagène des Indes, la plus belle ville de Colombie !

Du 02/03/18 au 06/03/18

 

Depuis notre précédente étape à Medellín, nous avons fait le trajet en avion pour rejoindre Carthagène. En effet, cela nous faisait gagner un temps considérable pour notre planning un peu serré.

Carthagène est la ville la plus touristique de Colombie, et cela se ressent dès notre première traversée en taxi pour rejoindre notre hôtel. Les rues sont plus larges, plus organisées et propres. Au lieu de loger dans la vieille ville, nous avons choisi d’aller dans le quartier de Bocagrande, légèrement excentré. En effet les logements y sont moins chers, et surtout le quartier est hyper sécurisé (c’est d’ailleurs le plus huppé de la ville). On peut s’y balader à toute heure du soir sans jamais se sentir en insécurité. On trouve tout à proximité, et le centre historique peut être rejoint en quelques minutes de taxi.

 

Visite du centre historique

Après avoir beaucoup aimé le « free walking tour » de Medellín, nous décidons de réitérer l’expérience avec celui de Carthagène. Nous rejoignons le groupe vers 10h dans le centre. Le tour dure environ 2h30, et même si nous l’avons trouvé instructif, il était quand même bien moins intéressant que celui de Medellín. Ou alors peut être était-ce dû à notre guide un peu moins captivant… Toujours est-il que cela nous a permis de faire un premier tour de la vieille ville de Carthagène, que nous continuons de visiter pendant toute l’après-midi. Comparé à nos étapes précédentes, la ville grouille de touristes, mais on comprend vite pourquoi ! Le centre est magnifique, on retrouve encore toutes ces façades colorées mêlées cette fois-ci aux beaux bâtiments coloniaux. Nous prenons beaucoup de plaisir à y déambuler en prenant la ville en photos sous toutes ses coutures.

Le soir nous partons vers le quartier de Getsemani, beaucoup plus animé en soirée. Sur la « Plaza de la Trinidad », on s’y arrête pour manger un morceau sur le pouce, en attendant des danseurs de salsa qui finalement n’arriveront pas ^^.

Plus tard, nous attraperons un taxi dans la rue pour retourner à notre hôtel. Dommage, nous sommes tombés sur LE chauffeur de taxi le plus bizarre de la ville… Dès les premières minutes lorsque je m’assoie à l’avant, nous sentons qu’il y a quelque chose de louche : je me fais reluquer de haut en bas, le bonhomme met la musique à fond et a les yeux bien rouges…. Sur tout le chemin, il prend bien le temps de ralentir ou de s’arrêter devant chaque demoiselle qui marche afin de se rincer l’œil, roule comme un fou, et cerise sur le gâteau, se met à « gratter » du scotch sur ses dents… Sûrement une alternative au sniffage de coll(-k)e… Bref, c’est à peine arrivés dans notre quartier qu’on se hâte de descendre du taxi pour finir le reste à pied. Rien de grave, mais à l’avenir nous regarderons bien le taxi avant de monter dedans !

 

Apprendre à cuisiner colombien

Deuxième jour à Carthagène, on profite de l’anniversaire de Sara (qui a eu lieu il n’y a pas si longtemps avant son arrivée) pour aller faire un cours de cuisine tous ensemble. Le cours commence par une visite du grand marché de la ville. C’est un bazar pas possible et on est bien contents d’avoir notre guide et la cheffe pour nous faire visiter l’endroit ! Les marchands de fruits et légumes côtoient les stands de vêtements et autres babioles… C’est assez original ! Une visite que l’on n’aurait pas pensé faire par nous même, mais qui s’est avérée très sympa. La cheffe cuisinière nous fait goûter pleins de fruits locaux, et nous offre même un petit en-cas de buñuelos, ces sortes de boules de fromage frites dont on est complétement fans depuis le début !

Après les courses nous nous rendons au domicile de notre cheffe où nous préparons tous ensemble le menu. Au programme : riz coco (avec du lait de coco fait maison !), crevettes au curry et patacones (des bananes plantains écrasées et frits dans l’huile saupoudrées d’épices). Les aliments n’ont pas trop l’air dur à trouver et on espère pouvoir refaire ça sur Paris ! Une fois la cuisine finie, c’est la meilleure partie du cours : manger ce qu’on a préparé :D.

Le reste de l’après midi nous retournons dans le centre de Carthagène pour profiter du coucher de soleil depuis les remparts de la ville et nous retournons sur la même place que la veille, où cette fois-ci un danseur nous offre un show de salsa endiablé sur un son de Michael Jackson !

 

Une journée à Playa Blanca

Depuis Carthagène nous décidons d’aller passer la nuit à Playa Blanca, à quelques kilomètres au sud de la ville. C’est apparemment la plus belle plage du coin, mais c’est également réputé comme étant très touristique. Mais comme la plupart des touristes ont tendance à y venir sur la journée, nous choisissons d’y rester la nuit pour profiter un peu plus calmement du lieu. Pour s’y rendre 2 solutions : le bateau, direct mais cher, où le bus + taxi, légèrement plus long, mais carrément plus économique (on détaille le trajet dans l’encadré « infos pratiques » en bas d’article). Sur place il y a foule, et on décide donc de s’éloigner un peu pour être plus tranquille. Bon au final, il y a du monde partout et nous nous arrêtons dans une guesthouse au bord de l’eau, où nous avons une petite chambre bien sympa avec terrasse, hamac et vue sur la mer ! Comme il y a beaucoup de vent, on profite de l’après-midi pour se reposer, en attendant que tous les touristes partent peu à peu (la plage est vraiment bondée de monde, des scooters passent SUR la plage et il y a trop de bateaux sur l’eau, ce qui rend la baignade pas très agréable). Vers 17h, on se retrouve enfin tranquilles, et ça change tout ! On profite alors d’un beau coucher de soleil, suivi d’un petit apéro et d’un repas les pieds dans le sable 🙂. Le lendemain matin, la plage redevient bien remplie à partir de 10h, et on reprend tranquillement la route vers Carthagène. Au final, il est vrai que la plage de Playa Blanca était vraiment belle, mais on déplore quand même le nombre trop important de touristes et d’hôtels en bord de mer… Peut être qu’il y a quelques années l’endroit était encore calme et agréable, mais sa réputation grandissante en fait un lieu malheureusement de plus en plus fréquenté.

Après une dernière soirée en ville, nous quittons finalement la ville le lendemain matin. Nous restons sur la côte puisque nous partons pour Santa Marta et le Parc Tayrona, qui sera notre dernière étape en Colombie, et même en Amérique du Sud !

Coin pratique

1 euro ~ 3500 COP (colombian pesos)

 

Avion Medellin – Carthagène : acheté 50 euros deux jours avant avec la compagnie Avianca. 1h de vol au lieu de 17h de bus.

Cours de cuisine à Carthagène : Avec l’entreprise DuranDuran Tours.

Taxi Bocagrande – Centre : 7000 COP environ.

Pour aller à Playa Blanca  : prendre le bus au niveau de l’Avenida del Mar en direction de Pasacaballos (2.400 COP par personne). Demander au chauffeur de vous indiquer à quel moment descendre. Sur place, des tuk-tuks ou des taxis vous attendront pour vous emmener à Playa Blanca. Nous avions payé 10.000 par personne pour faire le trajet en taxi. Compter en tout 1h30 à 2h de trajet. Pour le retour, c’est le même trajet mais dans l’autre sens !

Bus Carthagène – Santa Marta : 40.000 COP. Départs réguliers depuis le terminal Berlinas. Compter 4h de trajet.

 

Logements :

A Carthagène, Hospedaje Lilimar: Propriétaires sympas, chambre très grande et hôtel bien placée. Éviter seulement la chambre sur la terrasse qui a la salle de bain à l’écart et utilisée par les clients du resto le midi… 40.000 COP par personne la nuit.

A Playa Blanca : hôtel trouvé le long de la plage mais nous n’avons pas noté le nom… 45.000 COP la nuit par personne, au bord de mer avec terrasse. Salle de bain partagée.

 

Restaurants :

Punto Tropical : dans la vieille ville. Menu du jour à 11.000 COP. C’est bon, et c’est vraiment peu cher comparé à tout ce qu’on trouve en ville.

Sur la Plaza de la Trinidad, on trouve tous pleins de petits kiosques pour manger pas cher et souvent très copieux !

Laissez un commentaire