Huê et Hoi-An : le centre du Vietnam

 

Après Tam Coc et la baie d’Halong terrestre, nous mettons le cap vers le centre du pays: Huê et Hoi-An. Ces deux villes sont réputées pour leurs monuments classés au patrimoine mondial de l’UNESCO : la première avec sa citadelle et la deuxième avec son centre-ville tout entier. On quitte aussi les nuages et la pluie pour retrouver le soleil !

 

Huê : visite de la citadelle royale

Nous ne passons qu’une journée à Huê et nous arrivons dans la ville à 5h du matin avec le bus de nuit en provenance de Tam Coc. Une heure d’avance au départ, 3h d’avance à l’arrivée, il ne manquait plus qu’un casque, un siège baquet à notre conducteur-pilote. Nous ne savons pas si c’est à cause de sa conduite, ou de l’avance prise, une fois déposée beaucoup de passagers (locaux comme étrangers) s’emportent avec le chauffeur : des photos de sa tête, de sa plaque d’immatriculation sont prises, ça fait des grands gestes et ça parle fort. A cette heure-ci nous sommes un peu dans la brume et avons un seul objectif en tête : trouver un hôtel ouvert capable de nous accepter, du coup on trace. Après quelques minutes à tourner dans les rues, nous entrons dans le « Sport Hotel », un des rares ouverts à cette heure-ci avec des grandes chambres pour 11$ et où nous pouvons faire le check-in directement. On accepte donc rapidement et retournons nous coucher jusqu’en début de matinée.

On re-émerge vers 11h pour nous rendre vers la citadelle impériale de Huê. Sur la route nous en profitons pour manger au restaurant « Lac Thien » tout proche de l’entrée à la cité. Le restaurant propose des Banh Xèo, crêpes vietnamiennes farcies aux crevettes et au porc, spécialités de la région.

 

hue_1
Entrée de la cité

Un peu d’histoire concernant la ville : de 1802 à 1945, Huê était la capitale impériale du Vietnam, centre du raffinement et de la culture aristocratique des mandarins (merci Wikipédia). La cité fût en grande partie détruite par les bombardements américains lors de l’offensive du Têt de 1968 pendant la guerre du Vietnam. C’est essentiellement la cité pourpre interdite (là où vivait l’empereur et sa famille) qui a été anéantie lors de ces bombardements. Aujourd’hui, elle est entièrement en cours de reconstruction, mais les vestiges de la guerre sont encore clairement apparents sur le site. En dehors de la cité impériale, située dans le centre de Huê au bord de la rivière des Parfums, on trouve aussi d’autres sites importants dans les environs comme la pagode de la Dame Céleste ou les tombeaux des différents empereurs Nguyên.

En une demi-journée nous avons seulement le temps de visité la cité impériale : il faut bien compter 2h30 / 3h de visite car le site est immense. Malgré les ruines encore bien présentes, on arrive quand même à se faire une idée de la grandeur du site à l’époque. Les quelques monuments encore sur pieds ou déjà rebattis sont impressionnants et rendent compte de la beauté des lieux. Quel dommage que la guerre ait tout détruit… Nous ne regrettons pas la visite mais nous aurions aimé avoir le temps d’aller voir les tombeaux des empereurs à l’extérieur de la ville.

hue_7
Premier pain au chocolat du séjour !

En fin d’après-midi, nous nous offrons un petit plaisir dans une boulangerie française de la ville. Avec de vrais pains au chocolats. L’établissement, « la Boulangerie Française » a été crée par une française dans le but de former de jeunes vietnamiens au métier de boulanger-patissier et ainsi aider des jeunes issus de milieux défavorisés à s’insérer dans la vie professionnelle. On salue l’initiative, et en plus leurs viennoiseries sont bonnes :). Le soir nous nous baladons dans la rue animée en bas de l’hôtel et mangeons le meilleur Banh-My (sandwich vietnamien) de notre séjour dans un petit stand de rue. Pour 20.000 VND (moins d’1euro), c’est un vrai délice ! Le Banh-My fait sûrement parti de ce qui nous manquera le plus après notre voyage au Vietnam ;).

 

hue_6

hue_3

hue_5

 

 

Départ pour Hoi-An : expérience des transports vietnamiens.

Le lendemain matin il est déjà temps pour nous de partir et de poursuivre notre chemin vers Hoi-An. Un taxi vient alors nous chercher à l’hôtel, prenant à l’occasion deux autres touristes français, et s’arrête 2min plus tard pour prendre à nouveau 2 personnes. Le tout avec les bagages. Sauf que le taxi ne contient que 5 places + 1 dans le coffre… Le chauffeur emploie donc la méthode locale : on entasse ! Quatre à l’arrière avec les bagages, Florian dans la place du coffre : heureusement qu’on ne va pas loin ! Arrivés au bus rebelote : le chauffeur place le maximum de gens dans les couchettes (c’est un sleeper-bus bien que nous n’y passerons pas la nuit), sauf que le nombre de passagers est supérieur au nombre de places… Qu’à cela ne tienne : les employés de la compagnie font asseoir les gens directement par terre dans les allées en leur précisant bien de rester un peu cachés pour la police. Pour presque tous nos trajets en sleeper-bus nous avons eu affaire à ça : tant pis s’ils ont vendu trop de places, les gens dormiront par terre à même le sol. Pas très sécurisant tout ça, surtout quand on voit la conduite des vietnamiens…

Nous arrivons à Hoi-An en début d’après midi et nous nous lançons à la recherche d’un hôtel : comme nous souhaitons rester 4 nuits ici, on souhaite trouver un logement avec un bon rapport qualité/prix. Au bout de 20 min on se pose quand même pour manger une soupe dans un restaurant du centre avant de repartir à la chasse aux guesthouses. Résultats des courses : Florian trouvera 3 gros poils dans sa soupe… On sait bien que l’hygiène par ici n’est pas toujours au top (et on doit avouer qu’il nous arrive souvent de retrouver un petit cheveu ou un moucheron dans nos assiettes), mais là au bout de 3 ça fait quand même un peu trop. De quoi bien nous couper l’appétit et nous revoilà partis le ventre un peu creux… Les hôtels à Hoi-An, ce n’est clairement pas ce qui manque : on en trouve un peu partout vers le centre. Mais nous mettrons quand même 2h (et une vingtaine d’hôtel visités) à trouver le bon compromis à 5min à pied du centre à l’hôtel « Minh Quang ». Pas de fenêtre dans la chambre mais ça reste grand et assez propre (si on ne compte pas les 2 ou 3 cafards aperçus dans la salle de bain en 4 jours ^^).

 

 

Hoi-An, capitale de la mode…

hoian_18
ça change du style voyageur !!

Si nous avons décidé de nous arrêter quelques jours à Hoi-An, c’est parce que la ville est réputée très agréable et que nous souhaitons nous poser un peu plusieurs nuits au même endroit après avoir pas mal enchaîné les destinations précédemment. Mais pas que… Hoi-An est mondialement connue comme étant la capitale des fringues sur mesure! La ville est envahie par les boutiques de fringues et par les tailleurs, et après plusieurs mois sans faire de shopping, c’est impossible de résister ! Et ça tombe bien car on est là pour ça ;). Les prix sont nettement avantageux par rapport à ce qu’on trouve en France : il est possible de se faire faire une robe sur mesure pour moins de 20 euros ou encore des vestes pour 50/60 euros et même des costards pour les messieurs ! On choisit sa forme, son tissu et sa couleur, et en moins de 24h c’est prêt (quelques retouches peuvent parfois être nécessaire, dans ce cas compter un peu plus de temps). Bon, question qualité, on ne s’attend pas à quelque chose de transcendantal que l’on gardera à vie.

Dès le premier jour nous partons donc en repérage et il ne me faudra pas beaucoup de temps pour craquer sur une combinaison noire ;). En France je n’arrive jamais à en trouver à ma taille, donc c’est l’occasion rêvée.

hoian_16
Le combo trench – jean troué – tongs, trop le swag

Nos deux premiers jours seront quasiment consacrés au shopping et aux essayages: avec toutes les retouches à droite à gauche nous avons un emploi du temps de ministre ! Niveau fringues, j’aurais craqué pour « seulement »: une robe, deux combinaisons longues, une combinaison courte et un trench, le tout pour moins de 120$ :D. C’est un peu dur de se retenir quand on peut se faire faire absolument tout ce qu’on veut sur la base d’une simple photo ou d’un modèle ! Florian, quant à lui, craque pour un manteau d’hiver, un costard sur mesure et deux chemises, le tout également sur mesure pour environ 250$. Nous vous donnerons les adresses des boutiques que nous avons bien aimées à la fin de l’article pour ceux que ça intéresse. Toutes nos fringues partiront par colis la veille de notre départ de Hoi-An avec quelques affaires dont nous ne nous servons plus. On s’allège de 12kilos (dont plus de la moitié d’habits) et ça se sent dans nos sacs à dos ! Le colis arrivera sûrement en même temps que nous en France, donc on croise les doigts pour qu’il n’y ait aucun pépin!

 

 

…contrôlée par l’UNESCO!

hoi_an_3
Les façades jaunes de Hoi-An

Pendant nos 4 jours passés à Hoi-An, nous n’avons pas fait que du shopping heureusement ! La ville est vraiment très agréable et nous avons beaucoup aimé nous balader tous les jours dans le centre. Classée au patrimoine mondiale de l’Unesco, la ville est composée de petites maisons colorées (jaune pour la plupart) et en bois, avec pleins de lanternes de couleurs partout ! Cela donne un vrai charme à la ville, et la rivière qui sépare le centre en deux rend le tout encore plus beau. Le soir, toutes les lanternes s’allument, et nous avons pris un réel plaisir à déambuler dans les rues ou dans le night market. De beaux temples peuvent être admirés dans le centre, pour la plupart tous payants, mais nous n’en avons visité aucun de l’intérieur, seulement de l’extérieur. La ville est aussi connue pour son célèbre pont-pagode Japonais. Il faut payer pour le traverser, mais on peut encore mieux l’apprécier sans débourser un sou en allant hoi_an_2simplement l’admirer depuis le pont en face ;). Nous avons appris par des expatriés français que l’UNESCO finance une bonne partie des rénovations et de l’entretien de la ville. Du coup, tous les bâtiments sont obligés de suivre les règles imposées par l’organisation, sous peine de se voir retirer leurs subventions ;).

Petite précision : nous avons souvent croisé des guichets pour acheter un « ticket d’entrée » dans la ville. Accéder au centre n’est pas du tout payant : ce sont en fait des tickets pour visiter les monuments de la ville,que certains guichetiers essayent de vendre en faisant croire que cela permet de circuler librement dans tout le centre. On nous a demandé une fois un ticket dans la rue, mais nous avons simplement ignoré la demande de la guichetière et avons continué notre chemin.

 

 

La gastronomie de Hoi-An

En plus des visites et du shopping, nous avons aussi beaucoup aimé la gastronomie de Hoi-An ! Nous y avons retrouvé les spécialités du centre que nous avions déjà dégusté à Huê le Banh Xéo (la crêpe aux crevettes), et nous nous sommes aussi régalés du Cao Lau, sorte de soupe de nouille de riz avec du porc, et du Mi Quang (un peu semblable au Cao Lau, accompagné de galettes de riz). D’ailleurs, quelques jours après notre passage se déroulait un festival international de la gastronomie avec des chefs renommés de plusieurs origines, dégustations, ateliers, etcétéra… Mauvais timing de notre part, dommage!

hoi_an_7
Visite du marché

Nous avons aussi fait la découvert du restaurant « Enjoy » via le site de « Good Morning Hoi An » (guide d’un expat’ très pratique pour préparer son séjour dans la ville, il nous a même donné une adresse de coiffeur pour Florian). Spécialités françaises à la carte, le plus grand nombre de saveurs de glaces au Vietnam (dont la saveur Nutella!), délicieux burgers et pleins de dessert à base de Nutella! Le rêve quoi ;). Le personnel est vraiment accueillant et agréable, et ce n’est que lors de notre deuxième passage que nous avons appris que ce restaurant appartient en fait au photographe français Réhahn, vivant à Hoi-An depuis 2011 et spécialisé dans les portraits (il a d’ailleurs été élu 4ème meilleur portraitiste au monde et plusieurs de ses photos ont été publiées dans le National Geographic). On peut admirer ses photos un peu partout dans la ville, et ce dernier possède une galerie dans le restaurant Enjoy et une deuxième, « Couleurs d’Asie », dans le centre. Nous avons donc passé une très agréable soirée dans le restaurant à parler du Vietnam avec le frère et le papa du photographe, tous les deux également expatriés à Hoi-An.

hoi_an_8
Avec notre prof Vina !

Enfin, nous avons profité d’avoir du temps pour prendre des cours de cuisines vietnamiennes ! A nous les nems ! Nous avons choisi de passer par l’école Gioan dont les prix restaient accessibles. Pour 1.200.000 Dongs à deux (environ 50euros), nous avons pu faire presque 3h de cours de cuisine privés avec Vina, notre prof, un boule d’énergie et de bonne humeur ! Le cours a commencé par une visite du marché, où Vina nous a entre autre fait goûter des gâteaux de Tapioca, et tenté de nous faire manger les « oeufs de 100 ans » : des oeufs pourris avec l’oisillon toujours dedans. Merci, mais non merci : nous avons passé notre tour… Au programme du cours de cuisine : nems au poulet, poisson à la citronnelle cuit dans une feuille de bananier et porc au caramel cuit en cocotte (le fameux « claypot ») ! Un vrai délice ! Les recettes en poche, on a hâte de rentrer et de re-cuisiner tout ça dans notre futur chez nous !

 

 

Matinée à la plage

Entre deux séances d’essayages, nous avons également loué des vélos sur une matinée afin d’aller nous prélasser un peu à la plage à seulement quelques kilomètres de Hoi-An. La route menant à la plage est très jolie et passe au milieu des rizières. A l’aller, nous apercevons au loin un fermier et son buffle et nous nous arrêtons pour faire des photos. Celui-ci nous fait alors de grands signes et nous invite à le rejoindre. Trop contents de cette occasion qui s’offre à nous, on s’approche et le fermier nous invite à monter à tour de rôle sur son buffle. Une fois redescendu, le fermier nous demande alors de l’argent pour son buffle qui attend soit disant un bébé. hoi_an_6On n’y croit pas trop mais on lui donne quand même avec plaisir un peu d’argent pour le remercier du moment qu’il nous a accordé. Apparemment ce n’était pas suffisamment pour lui et il nous a fait un peu la tronche sans nous adresser un mot de plus… Bon… Ben ça c’est fait… On apprendra un peu plus tard par un expatrié français avec qui nous ferons un tour en vélo que ce monsieur est assez connu dans le coin pour appâter les touristes avec son buffle : il est toujours posté au même endroit et invite tous les touristes qui passent devant lui à le rejoindre, se faisant ainsi un petit complément de salaire convenable à la fin du mois. Malin le fermier ;).

Une fois arrivés à la plage, nous nous faisons alpaguer par plusieurs femmes qui nous ordonnent presque de nous arrêter pour laisser nos vélos dans leurs parkings. Nous n’avons pas trop envie de payer, et encore moins de nous retrouver sur la portion de plage avec tous les autres touristes : on continue donc la route en longeant la plage jusqu’à trouver un accès où nous pouvons laisser nos vélos gratuitement et profiter de la plage pour nous tous seuls ;). La plage est très belle mais la mer un peu agitée : on ne se baignera pas beaucoup mais la séance bronzage est déjà bien appréciable :).

 

Visite des environs de Hoi-An à vélo

Le dernier jour, nous relouons des vélos afin d’aller explorer les environs. Notre bus de nuit pour Mui-Ne n’est qu’à 17h30, ce qui nous laisse une bonne partie de la journée.

hoi_an_11
Fabrique d’encens et de lanternes

Nous mettons le cap tout d’abord vers le village de Ta Qué, entre Hoi-An et la plage, connu pour ses cultures totalement bio : pas de pesticides et tout est fait à la main, ce n’est que du bio et du bon ! Des tours sont organisés dans tout le village mais on peut s’y balader librement par nous même (là encore, ne pas se laisser berner par les panneaux indiquant qu’il faut acheter un ticket…).   Au milieu de champs, nous croiserons la route de Michel, un ami du papa du photographe Réhahn que nous avions croisé la veille au restaurant « Enjoy ». Celui-ci habite dans le coin et fait découvrir les environs à vélo hors des sentiers battus (Vi Velo tour). Cette fois-ci, il accompagne Quentin et Mariette de « ShoesYourPath » des bloggueurs voyageurs que je suivais déjà sur Facebook avant de partir ! Si ça ce n’est pas un drôle de hasard :). Michel nous propose de nous joindre à eux pour le reste de la matinée et nous partons en vélo tous les 5 visiter une fabrique d’encens et de lanternes dans Hoi-An, tenue par l’association « Smile House » qui emploi des jeunes handicapés afin de les aider à s’intégrer dans la vie professionnelle. On apprécie beaucoup la visite, d’autant plus que nous n’aurions jamais trouvé l’endroit tous seuls. La fabrique se situe derrière un très beau temple laissé à l’abandon.hoi_an_12

A midi nos chemins se séparent, et nous demandons à Michel si celui-ci n’aurait pas des conseils à nous donner pour la visite du « Water coconut village » où nous souhaitons nous rendre l’après-midi. Michel nous propose alors très gentiment de les rejoindre chez lui en début d’après-midi afin qu’il nous conduise au Water Coconut Village mais dans une partie pas trop touristique pour rencontrer un pêcheur faisant des tours dans les fameuses embarcations locales. Après un dernier repas chez « Enjoy » le midi, nous rejoignons Michel et sa femme chez eux, qui finissent leur repas en compagnie de Quentin, Mariette et le papa du photographe Réhahn. Nous n’aurons pas le temps de faire la ballade en bateau au milieu de la mangrove, mais Michel nous indique un chemin à faire en vélo afin de pouvoir admirer les cocotiers d’eaux. Encore de belles rencontres de faites ! On ne les connaissait pas jusqu’à aujourd’hui mais ils n’ont pas hésité à nous accueillir hoi_an_13chez eux et nous guider dans les environs de Hoi-An.

 

Nous avons beaucoup aimé ces 5 jours à Hoi-An : nous poser quelques temps au même endroit nous a fait beaucoup de bien, nous étions moins pressés et nous avons pris plus le temps de visiter et de nous balader dans la ville. Et il faut dire que la ville se prête bien à ce genre de pause : entre shopping, plage, bon restos et ballades à vélo, on aurait pu continuer sur ce rythme encore plusieurs jours. Mais d’autres merveilles nous attendent et notre bus nous récupère à l’hôtel pour un départ à 18h en direction de Mui-Né : c’est parti pour 20h de bus!

 

Tous nos articles sur le Vietnam :

 

Pour voir toutes nos photos du Vietnam –> c’est ici !

hoi_an_4

hoi_an_5

hoi_an

hoi_an_10

hoian_15

hoian_14

 

Coin pratique

1 euro ~ 24450 VND

 

HUE

Entrée à la citadelle : 100.00 VND par personne

Bus Tam Coc -> Hue : départ 20h arrivée le lendemain matin vers 08h en théorie (le notre à foncer sur la route…). 250.000 VND par personne.

Bus Hue -> Hoi-An : 3h de route. 120.000 VND par personne.

 

Guesthouses :

Sports Hotel : grande chambre pour 12$ dans une rue animée le soir.

 

Restaurants :

Lac Thien : pas mal de plats à la carte pas trop cher. Proche de la citadelle.

La Boulangerie Française : comme son nom l’indique ;). Bonnes viennoiseries mais baguette pas tip-top… Pain au chocolat : 20.000 VND.

 

 

HOI-AN

Pass pour 5 visites de monuments dans la ville : 120.000 VND. Nous ne l’avons pas expérimenté, nous contentant de visiter les temples depuis l’extérieur

Cours de cuisine vietnamienne : chez GoiAn. 600.000 VND par personne pour 3 plats. Les cours durent 2h30 et comprennent une visite du marché au tout début et une dégustation des plats à la fin.

Envoie d’un colis vers la France par bateau : 1.430.000 VND pour 12kg et trois mois de voyage

Location de vélo : 30.000 VND avec notre hôtel. Tous les hôtels en proposent.

Bus Hoi-An -> Mui Ne : départ 18h, arrivée le lendemain vers 14h. Changement de bus de 2h à Na Thrang vers 06h du matin. 300.000 VND par pesonne.

 

Guesthouses :

Minh Quang Hotel : à 5min à pied du centre. 10$ la nuit pour la chambre sans fenêtre, 12$ pour les plus grandes avec terrasse.

 

Restaurants :

Enjoy : spécialités françaises, bons burgers pas trop chers et nourriture viet’ également de qualité. Large choix de glace au dessert. Accueil très sympa!

Café 43 : Le moins cher qu’on ait trouvé sur Hoi-An. Plats basiques mais bons. Bons smoothies (enfin une fois sur deux) pour moins de 15.000 VND.

9 grains : boulangerie sur la route qui mène à la plage. Parfait pour les petits-déjeuners ;). Compter 20.000 VND le pain au chocolat.

 

Boutiques de vêtements sur mesure que nous recommandons :

Hông Minh, 126 Tran Phu Street : ma première combinaison faite là bas pour 23$. La vendeuse est très gentille, à l’écoute et de bons conseils (elle n’a pas juste voulu me vendre ses robes mais m’a conseillé sur les tissus et modèles qui me conviendraient le mieux). Le travail est fait correctement et rapidement.

Yellow Sun, 619 Hai Ba Trung Street : deuxième combinaison faite là bas. Vendeuse professionnelle et à l’écoute. Travail réussi du premier coup et sans retouches !

Dong Silk : Florian y a fait son costard. Boutique de qualité réputée dans la ville.

 

 

2 Responses

  1. Marine Dureux

    Bonjour c’est encore moi !
    Votre site est décidement une vraie mine d’or.
    Je continue de glaner des informations : quelle compagnie de bus avez vous pris pour relier Ninh Binh à Hué puis Hué à Hoi An ? Le prix est quand même nettement plus avantageux que le train.
    Merci,
    Marine

    • Salut ! Entre Ninh Binh et Hué il me semble que c’était « Camel Travel », mais on avait prix les tickets directement à notre hôtel et je pense qu’ils devaient avoir des accords entre eux. Entre Hué et Hoi-An je ne me souviens plus, mais pareil on avait prix les billets directement à la guesthouse. D’une manière générale on a presque toujours réservé auprès de nos hôtels : au moins on est sur d’avoir un « pick-up » gratuit à notre hôtel.
      Oui c’est sûr que les bus sont bien moins cher que les trains, et en plus ils peuvent t’emmener à peu près partout alors qu’avec les trains les possibilités de trajets sont assez restreintes… Il parait que les trains sont plus confortables en revanche… mais bon les bus couchettes ça passe aussi ! Il faut juste ne pas avoir de trop grandes jambes sinon on peut se sentir un peu serrés au bout d’un moment ^^. On espère avoir répondu à tes questions :). N’hésite pas si tu en as d’autres!
      Bonne journée,
      Jeanne et Florian

Laissez un commentaire